mardi 30 décembre 2008

La terre tourne, le temps aussi...Voici 2009


NOËL 2008


La baie de donnant en hiver

Les longues promenades de Noël en famille pour une fois en Bretagne -nord ont fait notre bonheur.


Voici de l'or que je partage avec vous pour ce réveillon.


La baie de Saint-Jacut


Merci à tous qui m'avez fait confiance et avec qui nous avons passés tant de moments heureux ...

Je vous souhaite le meilleur pour 2009, des rêves , des joies, des gros poissons etc.. si les chalutiers pélagiques nous en laissent quelqu'uns !!!


Trés prochainement vous pourrez retrouver sur le site dans la rubrique galerie photos, les ambiances et les beaux poisssons de l'année 2008 , je ne peux m'empêcher de voue en faire goûter quelques unes ..

Gireg...

Franck

On ne le présente pas..

Et son fils Andréas

Nicolas

Enzo



Vincent et sa magnifique morue..



Et plus et plus sur le site...

mardi 14 octobre 2008

Du courant, pour la chasse aux spécimens






Le temps s'est enfin calmé et nous offre de belles journées de pêche sous l'été indien.

Beaucoup de gros poissons au large et de jolies pêches de surface sur la côte intérieure avec des poissons plus petits tout en profitant du spectacle magnifique des plages désertes sous la lumière d'automne..




A terre le spectacle des hommes qui nettoient les "morgates" (seiches) les pieds dans l'eau du port. En effet pendant un mois celles-ci stationnent devant le port du Palais et certains jours , on peut compter jusqu'à quarante bateaux le long de la citadelle Vauban..

Je vais maintenant laisser ma plume à un de mes amis "Éric Bouhier" que j'avais rencontré dans les camps de réfugiés cambodgiens dans les années 80, alors que j'étais jeune reporter photographe et lui jeune médecin sans frontières.

Depuis j'ai mal tourné , je suis devenu Guide de pêche et Éric a fait fructifier ces nombreux talents
Toujours médecin (samu social), il a été directeur artistique dans la pub , inventeur de jeux, de timbres, Scénariste, auteur de plusieurs ouvrages dont le fameux (Cabinet des curiosités médicales) ,mais aussi Magicien ..Bref je ne saurai me rappeler tout ce dont est capable cet homme-orchestre .

Ce dont je suis sur, outre son amitié, c'est que chaque fois que je le rencontre et au delà des crises de rire inévitables , il m'apprendra des tas de choses tant sa curiosité est inépuisable..

Mais revenons en à nos bars , il a eu la gentillesse de m'accompagner dans une chasse aux spécimens sur la côte sauvage que je vais lui laisser conter..

Amis pêcheurs,


Un blog, c’est comme un bateau, il n’y a qu’un seul patron à bord !
Pourtant, parfois, celui-ci peut décider de passer la barre à un coéquipier quand les événements le commandent. C’est le cas aujourd’hui et Arnaud me passe le relais, le temps de vous relater une sortie de pêche qui restera longtemps dans nos mémoires. J’en fus un peu l’acteur, beaucoup le spectateur, et elle est l’illustration que cette pêche est un apprentissage quotidien, un émerveillement aussi, à chaque fois différent.
Je vous plante le décor : la côte sauvage, petit coef de marée et un de ces grands beaux temps que nous réserve l’arrière saison. À bord, Francis, ancien guide de pêche, Arnaud et moi. La première heure est calme ; visiblement le poisson de passage n’est pas là. Mais voilà la magie de ce lieu : il y a toujours à s’émerveiller de la beauté des lumières et du spectacle de la grande houle se brisant sur les roches. Tenez, voici la preuve qu’une vie ne suffirait pas, même au spectateur le plus attentif, pour découvrir tous les mystères de ces cathédrales de granit en constant remaniement : au détour d’un piton rocheux, Arnaud nous annonce la présence d’un lion rugissant !



Je vous laisse admirer le travail du temps, ce grand sculpteur, comme disait Marguerite Yourcenar. Mais j’arrête là, je vous entends, à votre tour, rugir d’impatience, curieux d’en savoir plus sur la leçon de pêche annoncée. Car c’en fut une et même une magistrale. Patience, j’y viens. Juste le temps d’explorer encore quelques tombants de falaise, et de nous présenter enfin face à un de ces couloirs d’eau bouillonnante, terrain de chasse sûrement idéal pour notre poisson. Les deux premières dérives sont infructueuses. C’est à la troisième que la canne d’Arnaud prend la forme caractéristique d’une prise de belle allure. Je ne vous fais pas l’article, vous connaissez mieux que moi ces moments de bagarre qui sont un des plaisirs de la pêche au bar. Nous avons donc l’occasion de sortir l’épuisette et de déposer à bord un joli poisson annonçant les 5 kilos et quelques.
Fin du premier round ; Arnaud décide de nous éloigner un peu du théâtre des opérations. Après les bruits de moteur et la lutte brève mais intense, il faut rendre le lieu aux seuls débordements de sa sauvagerie naturelle. Comme Arnaud l’a sans doute racontée dans le blog, il nous montre la délicate opération-réanimation, par ponction prudente de la vessie natatoire, suivie de la mise au vivier ; c’est la condition pour qu’en fin de journée le bar soit toujours vivant ! (Un seul poisson par pêcheur, voilà un geste efficace pour le respect de la ressource).
Vient alors l’explication de la prise précédente qui, vous allez le voir, ne doit rien au hasard. Arnaud, toujours le premier à faire partager son expérience, nous révèle, à l’appui de grands gestes démonstratifs, comment il a récemment compris le phénomène de la pêche électrique !! Vous avez bien entendu : électrique, car judicieuse combinaison entre la mise en tension d’un fil et la naissance d’un micro-courant. Non, ne fuyez pas, ce n’est pas l’excès d’iode (de lampe à iode) qui nous a fait disjoncter (c’est le cas de le dire) ; écoutez plutôt l’explication lumineuse (100 watts) d’une telle théorie, ou plutôt ce que j’en ai retenu. Il ne nous manquait que le tableau noir sur le bateau pour nous croire à l’école de la mer et y inscrire ce que nous appellerons désormais le théorème d’Arnaud :
Tout couloir rocheux laissant pénétrer de puissantes masses d’eau à chaque entrée génère un micro-courant profond et central, perpendiculaire au sens du flux et bifurquant vers l’amont ou l’aval en rencontrant l’aplomb rocheux.
Voyons maintenant la résultante : si votre leurre rencontre ce micro-courant, il va lui aussi gagner la paroi, puis la longer à condition que vous le mainteniez en tension, car les pièges sont nombreux. Et là, votre patience, et plus encore votre dextérité risquent d’être récompensées. Car je vous pose la question : devant le nez de qui va passer votre Shad à la tête lourde mais au corps agile (je vous laisse choisir poids, couleur et forme – il faut bien que vous bossiez un peu, non !) ? Devant le museau d’un vieux sédentaire, bien sûr, qui, lui, a compris bien avant vous la mécanique des fluides qui lui apporte sa ration quotidienne de vifs à domicile.
Inutile de vous dire que malgré le respect qu’on porte à Arnaud, nous sommes à la fois fascinés et un brin sceptiques sur cette façon de traquer un vieux bar coulant une retraite bien méritée.
Mais Arnaud ne nous laisse pas le loisir de douter et nous propose aussitôt de vérifier son théorème.
Moteur et retour à la côte. Le temps pour notre prof d’un jour de se remettre en dérive à l’entrée de la passe, Francis et moi lançons déjà nos leurres avec précision dans le bouillon écumant. Ah ! Impatience quand tu nous tiens ; un tour de moulinet de trop et le mien reste entre deux eaux, loin du micro-courant et du théorème d’Arnaud. A côté de moi, l’élève Francis a mieux retenu la leçon : il fait taire son excitation et laisse tomber la tête plombée tout au fond, au risque de l’accrochage. Pense-t-il à ce moment à ce qu’Arnaud vient de nous expliquer ? Moi, je vois surtout avec effarement son fil se rapprocher de la paroi, tandis qu’il le mouline prudemment, dans le seul but de le maintenir en tension. C’est alors que je me prends à imaginer le leurre, emporté par le micro-courant, revenant seul vers le bateau ! À un moment je jurerais voir Arnaud sourire de la justesse de sa théorie. Car la magie opère, et soudain la main de Francis se referme sur la canne dont le brin vient de se courber violemment. À la puissance de l’attaque, à l’étonnement de Francis qui doute un court instant de s’être pris au fond, Arnaud sait déjà qu’il s’agit d’un deuxième gros poisson, voisin du premier. L’animal n’apprécie pas de se faire déloger de son repère, et s’il se débat peu, en revanche il sait faire le poids mort. Il décroche enfin et c’est à l’approche de la surface, il n’y a guère plus de 4 à 5 mètres d’eau, que lui vient l’idée de regagner sa cache rassurante. Francis ne peut que regarder filer sa tresse ; il patiente pendant que le frein fait le reste et épuise le valeureux combattant. Ne manquent plus qu’un dernier tour de moulinet de Francis, un coup d’épuisette d’Arnaud et un coup de blues du rédacteur d’un jour qui aurait bien aimé toucher le troisième mousquetaire du même tonneau, et le magnifique poisson, 6,2 kg au peson, est au vivier pour une retrouvaille avec son congénère.





Fin de la pêche électrique et gros respect des deux élèves pour notre prof et copain qui aurait mérité aujourd’hui les palmes académiques, histoire d’aller vérifier au fond de l’eau si son théorème tient vraiment bien la mer !
Amis pêcheurs, l’Université de Belle-Île vous tend les bras.
Eric Bouhier



Les deux ensemble..


Toujours du grand bonheur!!!


Avec une danse égyptienne, mais que regardent t-ils donc ensemble..


Où encore les pieds nickelés de la pêche ,très doués, vraiment très doués.
Il faut avouer qu'avec le maître qu'ils ont , ils ne peuvent que réussir , je veux parler de Jo-Jo.
Johan Houssais au talent de pêcheur aussi grand que sa modestie et sa gentillesse; il doit tenir ça de son père Yvon qui lui a tout donné..


Mais pourquoi donc se cachent t-ils derrière leurs poissons par le plus grand des hasard, quand je leur demande de lever leurs poissons???

dimanche 28 septembre 2008

Loin de toute Terre...

N 47°03'508 O 2°40'103

Seul... entre la Rochelle et Belle-île (110 miles nautiques) de retour du grand Pavois, action de grâce.. pour ces moments magiques...

A cette occasion du Grand Pavois, un Grand merci, à Christophe Soares, Pdg de Navicom qui s'est impliqué personnellement pour que mon informatique fonctionne enfin à bord, ce n'est vraiment pas tous les jours que l'on voit le patron d'une boite mettre les mains dans le cambouis ...


Le bonheur du lever du jour lors du départ à la pêche..



Quelques Cormorans qui attendent le bus de 19h15..

Eh! Toi qu'est ce-que tu fais là..Rentre vite chez toi avant que les bars ne te mangent..

________________________________________

Le bonheur d'être à bord! libère les pêcheurs..

Pierre dans un éclat de rire se prend pour un policier de la circulation sur la place de la Concorde avec son assommoir à poisson fluo..Puisque je lui aie interdit de s'en servir..


Gérard trés taquin se prend pour Superman! Pardon Tenyu man ! Dire que si son fils le savait, il rentrerait à la maison vite fait..!!!

Quand à Pierre Thomas , la faim l'ayant assailli, il se fait justice en gobant un maquereau...



Paul André , apparemment très à l'aise se tape une "Tite" sieste...
_________________________________________________

La galerie des gens malheureux.....


Il paraît que le bonheur ne tiens qu'à un coup de fil..Pardon, Baiser ..Hubert Sophie,Sophie Hubert, plus qu'hier, moins que demain!!




Portrait de famille de grands Pêcheurs..Un grand bravo à pierre, Marc, Thierry, Vincent et au meilleur Philippe....Les Têtes ne seront pas inconnues pour tout le monde...


Je ne sais pas pourquoi Benoît et François s'éclatent de rire, leurs bars sont ridicule à coté de ce magnifique lieu de 8kg pris par Fabrice....
________________________________________

Et Cerise sur le gateau pour finir, les secondes du Bonheur...

video


mardi 26 août 2008

The 101st Fishing Brigade

Des ciels, encore des ciels, ici une aurore magnifique photographiée à la suite de l'adoption des horaires d'été (5 H 45-15 H)
Tonton Jean-Claude, Chef de la 101 ème Big-Big Fishing Brigade (muni de ses attributs) et ses soldats Charles et Julien.
Est-il nécessaire de vous rappeler que la pêche est un sport dangereux....
Ainsi Tonton Jean -Claude qui s'est entêté à pêcher toute la journée avec son big-big n'a eu de prises que la capuche de Charles qui a eu très très chaud au crane..
Jean-Claude, si je te reprends à lancer sans regarder derrière toi et donc en ne respectant pas mes consignes , c'est l'exclusion définitive de "la croisière s'amuse"....

Le jour se lève sur la baie de Donnant...
Jusqu'où ira l 'amour de mes sieges Ullman ...Jean-Louis et Henri-Pierre en teste les capacités apparemment avec bonheur, sous l'oeil bienveillant de Christophe.
Je vous laisse deviner quel est le plus heureux.....
Ciel très menaçant sur la pointe des Poulains..

Cumulus congestus et son arc-en-ciel associé sur le large...
Quelques éclats de bonheurs

Jean-lou, un puits de joie de vivre... se prends dans l'euphorie pour un joueur de saxophone à moins qu'il ne veuille réanimer son bar après un dur combat...

Son fils Vincent le chanceux , vous savez celui qui avait pris la morue au printemps ( voir les précédents messages)

La sempiternelle galerie des trophées...

Quarté gagnant avec Jean -lou , François, Vincent et mon stagiaire guide de pêche marin pêcheur Erwann..
Francois heureux quoique..peut-être tout juste satisfait...
Jean Christophe notre savoyard, qui a quitté son beau lac Léman pour la pointe de Bugul. Bon je sais, il ne va pas attraper le mal des montagnes , mais enfin...

Ah si , j'allais oublier un détail important.....les toilettes ne sont pas un fond du Jardin comme chez françis Cabrel...

Mais au fond du bateau.... au moins j'espère que mon moteur sera rincé...

Atchao...Bonsoir...

mardi 12 août 2008

Août, Joli temps pour un mois de novembre!!!

Des lumieres magnifiques sur l'ile aux Chevaux, mais sommes nous vraiment en été?


Quel jolie table basse pour savourer une petite coupe de champagne chez Jouvence Marine à l'occasion d'une révision du Patrol 8M50


Et puis petit arrêt express avec Eric sur le chemin du retour pour cueillir quelques bars sur l'ile aux chevaux...


La mer est souvent dure, comme ici à la Pointe des Poulains et comme sur les images suivantes, la pêche est souvent sportive pour ne pas dire virile...

Franck à la bagarre devant un mur d'eau..

Mais quel bonheur pour les yeux....

Récompensé par quelques beaux poissons, n'est ce pas Gireg avec son poisson de 5.5

On croise aussi quelques passionnés, ici Christophe : Grand chef cuisinier au Castel Clara et au moins aussi bon pêcheur, une main sur la canne , une main sur la manette des gaz..

Le poisson est rare et en banc serré, ce qui souvent donne l'occasion de jolis triplés...

J'ai donc du adopter les Horaires d'été pour éviter la rumeur des vacances, Bateau, jetski, etc.. ce qui nous offre des aurores magnifiques...

Julien, célèbre musicien et réalisateur récompensé par ses pairs aux victoires de la Musique dans un ciel de feu..

Il y-a aussi quelques moments de repos, andréas qui dort à l'avant du bateau; qui a osé dire qu'il ne faisait que mauvais temps....

De belles promenades le soir en famille avec Agnès et mon fils Hélie..

L'occasion d'admirer cette île magnifique, le vallon qui jouxte Balluden..

Jour de repos chez mon ami Christophe l'occasion de faire monter un joli brochet sur le Water mocassin blanc (Illex)

Tableau d'Honneur..

Jean, un tout jeune pêcheur (85) accompagné de sa fille Véronique nous a fait partager son merveilleux enthousiasme pour la vie, ainsi que son talent à remonter des gros lieus...

Les jeux olympiques sont aussi sur Belle-Ile et premier podium

Gireg sur la plus haute marche, Damien sur la seconde et enfin Mathieu sur la troisieme qui n'a pas démérité... (Bon je dois l'avouer dans les faits.. Gireg camarade de promotion de mon école de Moniteur-Guide de pêche aurait du occuper les trois marches à lui tout seul...

Atchaô Bonsoir, rendez- vous au prochain jour de mauvais temps...